La Clinique de la Vision est ouverte à Paris depuis 15 ans pour une chirurgie réfractive exclusive et de niveau international. Sa renommée a conduit parmi les meilleurs chirurgiens de province à bénéficier de son expérience et de son expertise afin de former un groupement de compétences et de qualité. Des centres authentifiés par le logo CLV s'attachent aux valeurs fondatrices et au respect de la charte commune. C'est une garantie pour les patients et les chirurgiens.

Aptitudes conduite

Cliquez ici pour télécharger la documentation sur les Aptitudes Visuelles

(Avec l'autorisation de la Revue Française d'Ophtalmologie).

Depuis 2010 des modifications modifient légèrement les textes ici cités : le texte cite la possibilité.

Pour des cas exceptionnels, en fonction de résultats de tests d’éblouissement, de contraste, de vision crépusculaire, la possibilité d’obtenir quand même l’aptitude au permis du groupe 1. Avec l’obligation de pratiquer un test en auto-école spécialisée, ce test doit être positif.

Concernant le groupe léger, c'est-à-dire les permis A, B, E, qui correspondent grossièrement aux voitures légères, les normes d’acuité visuelle européennes qui s’appliquent en France, on raisonne en binoculaire, on mesure la vision avec les lunettes habituelles, les deux yeux ensemble et l’aptitude. Il faut que l’acuité visuelle soit au moins égale à 5/10e, ce qui correspond à ce type de lettres, vues à une distance de 5 mètres.

Changement important, ce sont les normes d’acuité visuelle pour obtenir un permis poids lourd, taxi, ambulance et également, qui vont s’appliquer au monde du travail, puisqu’il suffira d’avoir 8/10e avec correction sur le meilleur œil et 1/10e seulement sur le moins bon œil, pour obtenir la possibilité d’avoir ce type de permis poids lourd.

Pour le champ visuel il est ajouté dans le groupe léger que les 20°centraux par rapport à l’axe central ne doivent avoir aucune anomalie du champ visuel binoculaire central. Pour le groupe lourd il faut 160° entre ici et là, toujours les deux yeux ensemble en technique de champ visuel binoculaire et dans les 60° centraux, il ne doit y avoir absolument aucune anomalie du champ visuel binoculaire. Le recours aux tests spécialisés est donc renforcé.

Pour les cas limite il est introduit les tests de résistance à l'éblouissement et de mesure de la vision des contrastes.

Contrairement à une idée reçue, avoir sur soi un certificat médical indiquant que l'on a été opéré et que le port de la correction n'est plus nécessaire, qu'il ait ou non été rédigé par un ophtalmologiste, même agréé par la préfecture, n'est pas suffisant. Il leur faut faire modifier leur permis de conduire par la préfecture dont ils dépendent pour que la mention relative au port obligatoire de verres correcteurs soit supprimée. Dans un tel cas, c'est à l'autorité préfectorale de prendre la décision sur proposition de la commission médicale du permis de conduire ou d'un médecin agréé après examen du conducteur et formulation d'un avis.

En pratique, c'est la commission médicale primaire qui est sollicitée par le préfet, comme prévu par l'arrêté du 8 février 1999 déjà cité et par l'arrêté du 7 mars 1973 relatif aux commissions médicales départementales chargées d'apprécier l'aptitude physique des candidats au permis de conduire et des conducteurs. Le demandeur doit subir un examen médical occasionnel à cette occasion.

La commission médicale a la latitude de demander à l'école de procéder à un test. Enfin la responsabilité du conducteur est toujours engagé s'il n'est pas en règle médicalement avec la législation puisque celle-ci oblige à une démarche personnelle de déclaration.

 

 

 

Dernière modification le 31/05/2013 - 08:12