La Clinique de la Vision est ouverte à Paris depuis 15 ans pour une chirurgie réfractive exclusive et de niveau international. Sa renommée a conduit parmi les meilleurs chirurgiens de province à bénéficier de son expérience et de son expertise afin de former un groupement de compétences et de qualité. Des centres authentifiés par le logo CLV s'attachent aux valeurs fondatrices et au respect de la charte commune. C'est une garantie pour les patients et les chirurgiens.

Lumière bleue

Les lampes d'éclairage fluorescentes et à LED ne sont pas des sources incandescentes mais des sources luminescentes,luminescence gaz pour les lampes fluorescentes et luminescence solide pour les LED. La lumière bleue accusée de toxicité pour l'oeil humain a une longueur d'onde comprise entre 415 et 455 nm ce qui correspond en fait à un bleu-violet ou bleu profond par opposition au bleu turquoise entre 455 et 485 nm. On trouve cette lumière bleue dans diverses situations: (figures obtenues sur le site http://www.energieenvironnement. ch, services cantonaux de l'énergie et de l'environnement [Suisse]

Les normes actuelles sont basées sur l'observation de lésions de blanchiment de la rétine (comme on le voit quand on fait du laser) pour déclarer une phototoxicité. Dans ces conditions on peut considérer que les LED sont rarement en cause 
L'ennui, c'est que l'on sait parfaitement que les expositions répétées et prolongées peuvent induire un risque cumulé bien supérieur à celui évalué par les VLE

La norme NF62471 définit quatre groupes de dangerosité pour les sources de rayonnements optiques liés à la durée d’exposition maximale admissible de l’œil à la lumière :
GR0 - groupe de risque 0 : pas de risque quel que soit le temps d’observation de la source
GR1 - groupe de risque 1 (risque faible) : temps d’exposition maximal de 10 000 s (3 h)
GR2 - groupe de risque 2 (risque modéré) : temps d’exposition maximal de 100 s
GR3 - groupe de risque 3 (risque élevé) : temps d’exposition maximal de 0,25 s
Obligatoire à la vente, le marquage CE  des lampes et luminaires impose d’afficher leur classement en termes de risques photobiologiques s’il dépasse GR1.
Le rapport de l'ANSES a pourtant recommandé de ne pas laisser à la vente les produits des groupes 2 et 3...
Or, même si l'on s'en tient aux normes actuelles , il faut savoir qu'un rapport complémentaire (CEI/TR 62778, AFNOR 2014) distingue des cas où l’éclairage à LED ne dépasse pas le classement GR1. Ils sont fonction de la température de couleur de l’éclairage (blanc chaud, neutre ou froid) et de l’éclairement. Ces cas permettent d'assimiler des éclairages théoriquement GR1 à des éclairages GR2.
Le rapport dit, entre autre, ceci :                    

TEMPÉRATURE DE COULEUR (EN °K) ÉCLAIREMENT (LUX)
Blanc chaud ≤ 2 350    4 000
  2 350 à 2 850 1 850
  2 850 à 3 250 1 450
Blanc neutre  3 250 à 3 750 1 100
  3 750 à 4 500 850
Blanc froid 4 500 à 5 750 650
  5 750 à 8 000 500

 

 

Ex : dans le cas d’un éclairage blanc neutre 4000 K, si l’éclairement ne dépasse pas 850 lux, l’éclairage à LED ne dépasse pas le classement GR1. Il peut donc être utilisé sans présenter de risque pour la rétine. Un ordre d’idée est que 500 lux représentent un éclairement suffisant et confortable sur un bureau.

Les LED «lumière du jour», qui ont souvent la faveur des acheteurs ont une émission majoritairement dans le bleu et avec un pic centré sur le bleu le plus toxique  . Il serait plus prudent d'acheter des LED «blanc chaud» à 2700 K dont le rayonnement dans le bleu est nettement moins important. Avec les écrans LED ou LCD Si une lumière bleue toxique est émise par les tubes, elle n'est pas transmise directement à l'utilisateur du fait de sa traversée de la dalle LCD. Il y a donc peu de risque. Les diodes peuvent émettre une lumière bleue toxique
mais la quantité totale de lumière émise est faible par rapport à une diode de forte puissance utilisée pour l'éclairage domestique (10 à 20 fois moins) et le blanc n'est pas formé par une diode spécifique ayant trop de bleu mais par l'allumage simultané des 3 sous-pixels colorés. Cependant la toxicité oculaire est liée à l'illumination rétinienne qui doit prendre en considération la distance d'observation et le temps d'exposition. Observer pendant des heures un écran OLED placé à 30cm des yeux est potentiellement très dangereux.

D'une façon générale méfiance avec les jeunes enfants  et les yeux malades, ne jamais permettre de fortes luminances répétées ou longues, enfin n'employer que des matériels normes CE. L'écran n'est pas dangereux sauf de type OLED de très près et longtemps

Spectre lumineux LED lumière du jour 6000 K

 

 

 

Dernière modification le 01/03/2018 - 04:59