La Clinique de la Vision est ouverte à Paris depuis 15 ans pour une chirurgie réfractive exclusive et de niveau international. Sa renommée a conduit parmi les meilleurs chirurgiens de province à bénéficier de son expérience et de son expertise afin de former un groupement de compétences et de qualité. Des centres authentifiés par le logo CLV s'attachent aux valeurs fondatrices et au respect de la charte commune. C'est une garantie pour les patients et les chirurgiens.

Article du mois

30 Mars 2018

Traitement de la cataracte : l’intervention chirurgicale la plus pratiquée en France

La cataracte est une opacification du cristallin oculaire associée à une baisse de vision non améliorable par une correction optique. Le traitement chirurgical de la pathologie oculaire a radicalement transformé le pronostic visuel de cette affection. Avec l’apparition de nouvelles techniques, l’intervention s’est fortement répandue au cours des dernières années. De fait, le traitement de la cataracte est devenu l’intervention chirurgicale la plus pratiquée en France, selon une récente étude de la Drees* (direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques). 
Ainsi, sur notre territoire, le nombre de séjours hospitaliers avec traitement chirurgical de cataracte (remplacement du cristallin par une lentille arti cielle) s’élève à 826 000 en 2016. Le nombre de patients opérés est toutefois plus faible : 574 000, car 44% d’entre eux ont été opérés des 2 yeux la même année, au cours de 2 séjours distincts. Le taux de recours à la chirurgie de la cataracte est maximum entre 75 et 84 ans, l'âge moyen étant de 73,5 ans en baisse de -0,4 an entre 2008 et 2016. 
Entre 2008 et 2016, la part de la chirurgie ambulatoire est passée de 70% à 92,5% et le nombre annuel d'interventions a augmenté de 39%. Celui des patients opérés de 28% sur la même période. Après prise en compte de l’augmentation de la population et de son vieillissement, la hausse des taux standardisés est de 23% pour les interventions et de 13% pour les patients.
Enfin, si les disparités géographiques ont diminué, depuis une étude réalisée en 1998, elles n’ont pas disparu et restent particulièrement perceptibles au niveau départemental. 17 départements métropolitains et 3 départements et régions d’outre-mer (Drom) présentent un taux de chirurgie de cataracte inférieur d’au moins 10% à la moyenne nationale, l’indice comparatif étant particulièrement bas à Mayotte.

______________________________________________________

29 Mars 2018

La santé va (de plus en plus) mal aux USA

En 2016, 27 % des citoyens américains considéraient la santé comme la priorité n°1 du pays. La question n’est pas nouvelle mais s’aggrave. En 2008, le problème principal était encore l’accès ; cette question de l’accès est toujours aussi intense, mais s’y rajoute en 2017 le fait que plus d’un quart des citoyens qui y ont accès ne peuvent pas payer les traitements prescrits. Les auteurs critiquent les indicateurs macro et nationaux des politiques publiques, qui paraissent paradoxalement attester que les USA ont le coût public de couverture santé le plus élevé du monde mais cachent deux réalités : le coût incroyable des prestations médicales et des traitements par rapport au reste du monde (le remboursement est une proportion du prix facturé par les professionnels), et la réalité profonde du désarroi des familles confrontées à une couverture de santé qui coûte aujourd’hui en moyenne 18,4 % de leurs revenus. Les auteurs plaident pour un indicateur inverse (l’index d’accès au soin, affordability index) qui soit construit autour du patient et de la part réelle des revenus nécessaires à la santé, et non un indicateur construit sur le coût facturé de la santé à l’état.

Emanuel E., Glickman A., Measuring the Burden of Health Care Costs on US Families, The Affordability Index, JAMA November 21, 2017 Volume 318, Number 19

______________________________________________________

27 Mars 2018

Corriger la vue avec des gouttes oculaires serait envisageable bientôt selon une équipe d’ophtalmologistes israéliens qui a développé des gouttes oculaires pour améliorer la vue à court comme à long terme. Une information reprise en vidéo sur les réseaux sociaux par Trust My Science, et qui n'a pas manqué de faire réagir les opticiens. 

Pour mémoire, ces gouttes utilisent la nanotechnologie (l’étude, la fabrication et la manipulation de structures, de dispositifs à l’échelle de moins de 40 nanomètres ) pour améliorer la vision. Appliquées une fois par mois, elles corrigent la myopie et l'hypermétropie jusqu'à 3 dioptries. A termes, « elles pourraient être utilisées pour remplacer les lentilles multifocales », selon les chercheurs. Les premiers essais cliniques sur des humains vont commencer dans quelques mois. 

Le dispositif nécessite toutefois de passer par une opération laser qui ne dure que quelques millisecondes et permet aux nanoparticules d’activer le schéma optique en modifiant l’indice de réfraction. Cette dernière pourrait même s'effectuer depuis le domicile du porteur, en reliant le système à un Smartphone. "Les patients devront lancer une application qui effectuera un diagnostic visuel, puis connecter le laser afin qu’il imprime la schéma optique correspondant à la correction demandée et enfin verser les Nano-Gouttes pour qu’elles activent la correction

 

 

 

Dernière modification le 30/03/2018 - 07:06