La Clinique de la Vision est ouverte à Paris depuis 15 ans pour une chirurgie réfractive exclusive et de niveau international. Sa renommée a conduit parmi les meilleurs chirurgiens de province à bénéficier de son expérience et de son expertise afin de former un groupement de compétences et de qualité. Des centres authentifiés par le logo CLV s'attachent aux valeurs fondatrices et au respect de la charte commune. C'est une garantie pour les patients et les chirurgiens.

LASIK

Le Lasik est un terme signifiant que la technique associe deux temps : le premier est la préparation de la cornée par la création d'un très fin volet et le second est le traitement par ablation d'un petit volume de forme et d'importance variable au sein de l'épaisseur de la cornée. Tous les candidats ne peuvent pas accéder au Lasik. Il faut d'une part se situer à l'intérieur des limites de l'opération et d'autre part ne pas présenter de caractéristiques à risques. La décision des cas frontières demande une analyse par un chirurgien très expérimenté.

 

En apparence très simple, le Lasik est en réalité extrêmement sophistiqué, entièrement robotisé et assisté par ordinateur.

Le volet protège la partie traitée en la recouvrant assurant les avantages propres au lasik : pas de réaction cicatricielle notable, intégrité de la surface permettant un retour visuel dès le lendemain, facilitation d’éventuelle retouche, pas de phénomène douloureux.

  • Le chirurgien prépare une fine lamelle de cornée soit avec un laser femtoseconde dans le Lasik 100 % laser soit avec un microkératome dans le Lasik standard. Cette lamelle demeure attachée par une petite charnière latérale ou supérieure. On peut ainsi la soulever, d'où son nom de « volet cornéen ». En soulevant ce capot on peut accéder aux couches plus profondes de la cornée, appelées stroma cornéen.  Le laser excimer peut ensuite « sculpter » par photoablation la cornée en fonction du type de défaut à traiter.
  • Le chirurgien replace doucement le volet qui retrouve sa place initiale et tient bien tout seul sans sutures en raison d'un phénomène immédiat d'adhésion

Installation en combo du laser femtoseconde à gauche et du Teneo à droite

  • .

Dans le Lasik la membrane de Bowman séparant stroma cornéen et épithélium est découpée contrairement aux procédés précédents et c'est pourquoi le Lasik est réservé aux cornées sans anomalie morphologique.

Kératomileusis in situ ou LASIK est le nom de cette méthode.

 C’est l’opération phare de la chirurgie réfractive.

 

I ) La préparation de la cornée

C'est le premier temps du LASIK. Elle permet de soulever une très fine lamelle de cornée pour permettre ensuite au laser excimer d’effectuer le traitement proprement dit. Ensuite la reposition de la partie provisoirement soulevée vient recouvrir la zone reformatée.

Ainsi, elle constitue une sorte de protection et de pansement évitant toute douleur. Comme ce capot n’a pas été modifié, il permet une restauration visuelle très rapide puisqu’il a conservé toute sa transparence et son intégrité. Le volet protecteur remis en place tient tout seul par simple osmose et aucune suture n’est nécessaire.

Cette découpe peut être réalisée de 2 façons :

Le microkératome est un bistouri mécanique découpant un volet cornéen superficiel. Cette action est très rapide (quelques secondes) et indolore.  Ces appareils sont délicats à employer et demandent de l'expérience et des pièces en excellent état. Bien conduite une découpe au microkératome entraîne un aussi bon résultat visuel (00180).

Le microkératome est un instrument délaissé par beaucoup de chirurgiens disposant du laser femtoseconde. En effet, le microkératome n'est pas dénué de risques, d'inconvénients et surtout d'incertitudes de découpe. Mais de très bons opérateurs en possèdent une excellente maîtrise.

A) Les microkératomes

a) Ce que voit le chirurgien avec un microkératome en marche : pas grand-chose.

 b) Avec le femtoseconde IFS la cornée est totalement visible et le chirurgien contrôle très bien.

B) Le volet au Laser Femto seconde

C'est le procédé moderne de sécurité. De plus en plus les établissements l'adoptent : 2 appareils en 2004 en France : plus de 80 en 2014. C'est dire, compte tenu du prix énorme de ce laser, l'importance qualitative que le femtoseconde possède.

Les découpes intra-cornéennes sont révolutionnées par les lasers fonctionnant en femtoseconde. L’appareil prépondérant sur le marché est le laser IntraLaser Abbott  IFS 150 (90 % du parc).

Le laser Femto seconde n'est pas une méthode mais un outil qui n'est employé que dans le Lasik. Si le Lasik n'est pas possible comme par exemple une cornée trop mince ou irrégulière il ne pourra pas être proposé un laser femtoseconde

Le volet femtoseconde est centré, congruent, large, stable, fin et sans complications. L’ensemble du protocole est sous le contrôle du programme informatique dont les données choisies par le chirurgien définissent le profil du traitement. Les fonctions sont nombreuses et il est possible de positionner la charnière à tout endroit, de choisir sa taille, de dessiner un volet ovale.

2) Le laser excimer

Ce laser permet, depuis plus de 20 ans, l'obtention d'un modelage tissulaire sous l'effet du rayonnement émis dans les ultraviolets à 193 nanomètres par un dimère associant deux gaz rares (argon et fluorine), conduit en état d'excitation sous l'effet d'un courant électrique à haut voltage 30 000 volts). Chaque photon (grain de lumière) transporte une énergie suffisante pour casser une liaison intermoléculaire avec peu d’effet thermique. Le laser excimer a en quelque sorte la propriété de « vaporiser » le tissu sur lequel il agit de façon microscopique, couche après couche. Il ne brûle ni ne coupe, contrairement aux autres lasers utilisés en ophtalmologie. Le rayonnement émis est absorbé à 100 % par les couches superficielles de la cornée. Il n’y a donc pas d’autres effets en dehors du tissu traité, en particulier à l’intérieur de l’œil.

La chirurgie au laser excimer permet de modifier la courbure de la cornée en réalisant une ablation localisée de tissu cornéen. Elle est destinée à corriger myopie, hypermétropie et astigmatisme.

  

Le traitement est très rapide, quelques secondes suffisent, et indolore. Il n'y a aucun acte invasif ou sanglant. Aucune anesthésie n'est nécessaire et on se limite à une instillation de gouttes anti-sensibilité. Plusieurs modèles de lasers existent mais un appareil moderne doit posséder un eye-tracker pour assurer un centrage permanent du faisceau laser, un choix de programmes permettant d'économiser le volume traité et une délivrance d'une parfaite conformités aux données biométriques anatomiques, optiques et aberrométriques, un dispositif reconnaissant l'œil.

Le Lasik se fait en laser excimer ou en laser femto seconde

 

 

 

Dernière modification le 02/09/2016 - 07:38